Blog

Fiche d'élevage : Orthriophis taeniurus friesei


Fiche d'élevage : Orthriophis taeniurus friesei (Werner, 1928)

Systématique/classification:

Règne : Animal Groupe : Vertébrés Classe : Reptiles Sous-classe: Lepidosauriens Infra ordre: Aléthinophidiens Ordre : Squamates Sous-ordre : Ophidien Super famille: Colubroïdea Famille : Colubridae Sous-famille : Colubrinae Genre: Orthriophis Espèce: taeniura Sous-espèce: friesei Nom scientifique : Ortriophis taeniurus (ex:Elaphe taeniura) Nom commun français : Serpent ratier de Taïwan, ratier ligné de Taïwan Nom commun anglais: Taïwan beauty snake
Synonyme:
Coluber friesi (Werner, 1926) Elaphe taeniura friesi (Werner, 1926)
Taille moyenne : 2,40 m pour les femelles, 1,80 m pour les mâles.
Dentition : Aglyphe.
Description :
Il s'agit d'une couleuvre asiatique. La sous- espèce friesei est la plus répandue sur le marché. La
couleur de cette couleuvre vire du jaune à l'olive ponctuée de taches noires dessinant des formes ovales ou en forme de losange. La dernière partie du corps est constituée d'une ligne jaune sur le dos avec les côtés noirs rayé de petit trait blanc. Certains individus peuvent être très contrasté avec beaucoup de jaune .

Longévité :
Comme la plupart des colubridés, la friesei peut vivre en moyenne une quinzaine d'années, bien que certains spécimens ont déjà vécu près de 20 ans en captivité.
Habitat :
Endémique à l'île de Taïwan, fréquentant les forêts et les champs, et se retrouvant aux abords des habitations en quête de nourriture, et parfois même à l'intérieur de celles-ci.

Température :
La température doit être de 28/29°C au point chaud et 25/26°C au point froid. Ne pas monter au dessus de 30°C car cette une couleuvre n'aimant pas les grosses chaleurs. La nuit la température doit être abaissée à 23/ 25°C au point chaud et 20/22 °C au point
froid. Je fais en règle générale une baisse de 5°C la nuit.
Éclairage :
Cycle 12 heures de jour et 12 heures de nuit est en temps normal recommandé. Pour ma part je n'éclaire pas les terrariums de mes taeniuras. Ce qui a pour effet de moins les stresser et de les calmer. le cycle jour/nuit naturel est suffisant.
Hygrométrie :
Environ 60 % à 70 %, que j'obtiens à l'aide d'un grand bac d'eau, que je change régulièrement.
Alimentation :
En captivité, le ratier de Taïwan possède un très bon appétit et accepte volontiers des
proies mortes et ne refusera que très rarement un repas. Il est possible de lui offrir un rongeur de taille adapté, tel les souris ou les rats, une fois par semaine. Ce rongeur doit être légèrement plus gros que la plus grosse partie du corps du serpent. Il est fortement conseillé de toujours nourrir le serpent avec des proies mortes, soit fraîchement tuées ou bien surgelées et réchauffées. En effet, les rongeurs, comme les rats et les souris, possèdent des dents et des griffes pouvant tuer ou blesser gravement un serpent. Bien conservé, un rongeur surgelé jusqu'à 6 mois ne perdra aucune de ses valeurs
nutritives. Personnellement je nourris mon couple reproducteur de rat de 150/200 grammes pour mon mâle et d'un rat de 200/300 grammes pour ma femelle et ceci une fois par semaine. J'ai noté à ce jour que je n'ai jamais observé de régurgitation de la part de mes taeniura.
Attention lors du nourrissage !!! Prendre soin de bien séparé les individus ce serpent est
très vorace des combats peuvent se produire, surtout quand il s'agit d'une proie vivante.
Terrarium :
Pour un serpent d'une telle taille, il faut un terrarium d'une taille de 120x60x60 cm au minimum, contenant un grand bac d' eau pour qu'il puisse se baigner, je n'utilise aucun
éclairage qui a pour but de calmer le serpent, et un câble chauffant. Je conseille fortement de mettre plusieurs cachettes comme des écorces de liège retournées pour que le serpent soit au calme étant donné la nervosité de cette espèce. Y installer plusieurs branches solidement fixées, bien que la friesei soit plutôt terrestre. Ne pas oublier des aérations permettant un brassage de l’air, mettre également une serrure sur les vitres car il risque de
les ouvrir surtout quand il cherche à se débarrasser de sa mue.
A noter : Tout éléments introduit dans le terrarium devrait faire l'objet d'une désinfection rigoureuse, afin d'éviter d'y introduire toutes sortent de parasites.
Tempérament et manipulation :
Il faut partir d'un principe de base que chaque individu possède son propre caractère .Par
exemple ma femelle est plutôt d'humeur changeante un jour elle se laissera manipuler sans problème et un autre jour sans raison apparente je la sors et là elle essaye de me mordre. Pour mon mâle c'est pas pareil lui chaque fois que je cherche a le sortir de son terra il secoue sa queue comme le fond pas mal de colubridés mais par contre il na jamais chercher à me mordre .Il faut savoir que ce sont plus souvent les juvéniles qui cherchent à mordre que les adultes comme beaucoup d'espèces .Un sujet que l'on a acquis petit et
manipulé régulièrement se calme assez rapidement en général, pour ma part j'ai acheté mon couple déjà adulte. Il est donc recommandé de les manipuler avec grands soins. Attention toutefois, ce ratier est très vif et rapide lors des manipulations maladroites. Bien qu'une morsure provenant de ce serpent soit totalement inoffensive, elle n'en est pas moins douloureuse, les coups de queue dont on ne se méfie pas assez, sont également à prendre
en compte. Il faut donc être constamment sur ses gardes lorsque l'on manipule un spécimen de grande taille. Le secret des manipulations étant de toujours agir avec beaucoup de calme sans geste brusque.
Je vous recommande fortement de vous lavez les mains, après avoir manipulé un serpent
et avant dans manipulé un autre cela évite de transmettre parasites ou autre problème non visible à l'oeil nue. Et également de vous désinfecté les plaies en cas de morsure.

Reproduction :
Du moment que les animaux sont sains et bien acclimatés elle est sans problème. L'idéal
est d'avoir des sujets nés en captivité. Il est possible de faire cohabité plusieurs sous espèce ensemble car il ne s'accoupleront pas entre elles.
Détermination des sexes :
Pour distinguer les mâles des femelles ; on peut pratiquer soit l'éversion des hémipenis, soit le sondage au fil de Nylon ou à la sonde. On ne peut se fier simplement au renflement à la base du cloaque car après celui-ci la queue est longue et fine comme un fouet ! Le sondage est pour moi la solution la plus appréciable. A réaliser par quelqu'un d’ expérimenté.
Maturité sexuelle :
La maturité sexuelle est de 2 ans minimum si le serpent est fort et robuste ; sinon il faut se contenter d'attendre une année de plus, afin de ne prendre aucun risque inutile pour le
serpent.
Préparation des futurs reproducteurs :
Il faut tout d'abord s'assurer de la bonne santé et de l'âge de maturité sexuelle des futurs parents, en particulier la femelle qui aura la plus lourde tâche. Pour mon couple je nourris bien les futurs parents durant tout le mois d'octobre, novembre .Il y a plusieurs possibilités pour ce faire, soit on augmente la taille des proies, soit on garde la même proie mais on en donne deux, soit on nourrit deux fois par semaine. Tous ceci à un but de faire prendre du gras à mes futurs géniteurs pour qu'il puisse passer ces deux mois de repos sans risque. Une fois ces deux mois de sur nourrissage effectuer.
J'arrête de nourrir pendant au minimum trois semaines, pour qu’aucune proie ne pourrisse dans l'estomac pendant le repos hivernal qui dure deux mois minimum. Si besoin ai on peut toujours faire prendre un bain d'eau tiède à ses serpents pendant 20 bonnes minutes afin qu'il se vide entièrement.
Il est très important que le serpent ait l'estomac entièrement vide.
Ensuite je réduis la température et la lumière ( si il y en a) à raison de 3 degrés et 3 heures d'éclairage tous les 3 jours, jusqu’à arrive le moment où je coupe tout je laisse à la température de ma pièce d'élevage et sans éclairage. Ensuite je laisse les serpents pendant
deux mois sans manipulation (hormis urgence) je fais uniquement les changements d’eau. Ensuite vient la période de réveil je fait le cycle inverse j'augmente la lumière(si il y en a) à raison de 3 degrés et 3 heures d'éclairage tous les 3 jours , jusqu'à arriver à mes températures normales. Une fois les températures redevenues normales je recommence à nourrir mes serpents avec des proies plus petites , j'augmente les proies progressivement
très important étant donner que le serpent n'a plus rien mangé pendant 2 mois l'estomac a un peu réduit en taille si on donne des proies trop grosse le serpent risque de la régurgiter. Donc je nourris mon couple pendant un bon mois comme pour la préparation pour la période d’hibernation afin de leur faire reprendre des forces.
Période d'accouplement :
Une fois mon couple à nouveau dans de bonnes conditions je les remets ensemble en
février on lieu les accouplements qui durent plusieurs heures et s'étalent sur plusieurs jours.
La ponte :
Environ 8 à 9 jours avant la ponte la femelle mue. Quelques jours avant la ponte la femelle se promène sans arrêt dans le terrarium afin de trouver un endroit correct pour y déposer
ses oeufs, il est venu le temps de lui mettre une boite de ponte ou la femelle pourra entrer entièrement et la garnir de mousse de sphaigne ou de vermiculite. Environ 40 jours après les accouplements la femelle pond entre 4 et 15 oeufs, en moyenne 10. Après la ponte je prend soin de laisser la femelle tranquillement seule dans un terrarium récupéré et la nourrir pour qu'elle récupère toutes ces forces.
Incubation :
Il faut récupérer les oeufs et les mettre dans une boite garnie de vermiculite. On mettra les oeufs dans l'incubateur réglé entre 28 et 30°C en général 28°C à environ 90% d'humidité. J'ai pu observé un meilleur taux de réussite quand les oeufs sont totalement plongés dans le noir.
Il est très important de ne jamais retourner les oeufs lors de la manipulation de ceux-ci sinon la membrane aura vite fait de se déchirer tuant ainsi les embryons.

Éclosion :
Environ 60 jours après la ponte arrive le moment de l'éclosion environ 24 à 36 heures après le début de l'éclosion tous les serpents devraient être sortis de leur oeuf si tel n'était pas le cas inciser très légèrement l'oeuf pour aider le serpenteau à sortir à l'aide d'un ciseau à bout rond pour ne pas blesser nos nouveaux petits. Les serpenteaux mesurent en moyenne 20 cm ressemblent beaucoup aux parents légèrement plus terne.
Soins des nouveaux-nés :
Une fois les serpenteaux sortie de l'oeuf je les place dans des boites de 20x20 cm type (boite à bonbon) .On les place individuellement dans leurs boites dans un premier temps,
munie d'une cachette (j'utilise un rouleau de papier toilette coupé en deux) et d'une feuille de papier absorbant. A la même temperature que leurs parents. Souvent les serpenteaux se nourrissent sans aucun problème de jeune blanchon, certain après la première mue qui intervient environ 7 à 10 jours après l'éclosion. Je n'ai eu à ce jour aucun souci avec mes serpenteaux à les faire manger. Je nourris les petits nouveaux nés deux fois par semaine. Petit conseil personnel une fois qu'il ce sont nourrit plusieurs fois seul, je les place par boite de deux , chose qui a tendance à les sociabiliser plus vite et donc les calmer.
Attention lors de l'ouverture de leur petite boite, car ils sont déjà très rapides. J'ai souvent eu des petits malins qui m'ont filé entre les doigts.
Voici le groupe des sous espèces Indo-chinoises, on y trouvera le taeniura teaniura, la taeniura yunnanensis, la taeniura mocquardi, la taeniura schmackeri et la taeniura
friesei. Toutes ces sous espèces se maintiennent à peu de chose près de la même façon.
Il existe à ce jour quelques sous espèces :
Orthriophis taeniura taeniura (Cope, 1861) Orthriophis taeniura grabowskyi (Fischer, 1885) Orthriophis taeniura friesei (Werner, 1928)
Orthriophis taeniura mocquardi (Schulz, 1996) Orthriophis taeniura ridleyi (Butler, 1899) Orthriophis taeniura schmackeri (Boettger, 1895)
Orthriophis taeniura yunnanensis (Anderson, 1879) Orthriophis taeniura ssp. Bleu (???)
Et aussi quelques phases de taeniurus taeniurus :
Hypomelanistic
Anerytheristic
Lavender
Albinos
Snow
Calico
Copyright (c) 2007 Total Taeniura. Tous droits réservés.

Fiche d'élevage Python Regius


Python regius (Shaw, 1802)


Systématique/classification:


Règne : Animal
Groupe : Vertébrés
Classe : Reptiles
Sous-classe: Lepidosauriens
Infra ordre: Aléthinophidiens
Ordre : Squamates
Sous-ordre : Ophidien
Super famille: Boïdea
Famille : Boidae
Sous-famille : Pythoninae
Genre: Python
Espèce: regius
Sous-espèce: Pas de sous-espèces
recensées
Nom scientifique : Python regius
Nom commun français: Python royale
Nom commun anglais : Ball python


Synonyme:

Python belli (Gray, 1842)
Boa regia (Shaw, 1802)

Taille moyenne :

De 1.00m à 1.50m rarement plus, en moyenne 1.20m.
Le record se situe aux alentours de 1,80 m.


Dentition : Aglyphe.


Description :

C'est un serpent de taille tout à fait raisonnable, il est court est trapu ne dépasse que très
rarement les 2 kilos en moyenne 1,2 à 1,5 kilos pour de belles femelles. La tête bien
distincte du reste du corps porte une tâche sépia, et une ligne part de l’arrière de l’œil,
avec des mâchoires très musclées de couleur marron foncé à noir est bien distincte du cou
et une rangée de fossettes labiales thermosensibles est visible de part et d'autre de la
mandibule au nombre de quatre de chaque coté. Les yeux sont protégés par une lunette
pré cornéenne, l’iris et la pupille sont de couleur foncée, la pupille est elliptique comme
toutes les espèces nocturnes. Le dos possède des écailles fines et homogènes de
couleur brun clair ou brun foncé selon les individus avec des motifs et des taches sépia. Il
n'est pas possible de d'écrire le dessin spécifique de cette espèce, étant donné que la
livrée de chaque individu présente des particularités qui lui sont propres. La queue est
plutôt courte avec des dessin semblables au reste du corps. La face ventrale est munie
d'écailles larges, et de couleurs blanche avec quelques tâches noires.

Longévité :

L’espérance de vie de ce python se situe entre 20 et 30 ans.
Le record de longévité en captivité est de 47 ans (Zoo de Saint-Louis, Missouri, USA).

Habitat :

L'aire de répartition est assez grande et se situe en Afrique : Bénin, Cameroun, Congo,
Ghana, Guinée, Liberia, Mali, Nigeria, Sénégal, Soudan, Togo, Uganda, Zaïre. Son
biotope se caractérise par des températures relativement constantes. Il fréquente les
savanes sèches, les zones agricoles pour leur forte population de divers rongeur. On le
trouve également aux abords des forêts pluviales africains. Dans leurs contrées d'origine
les Regius passent souvent la plus grande partie de leurs journées dans les termitières ou
dans des abris +/- frais (les termites construisent de véritables frigos), et il semble que leur
plage de température préférée se situe aux environs de 25°C, ceci peut paraître peu, mais
c'est réel. Donc, prendre les températures recommandées et les appliquer au degré près
n'est pas forcément nécessaire. Cela dit, une température élevée au point chaud reste
importante, notamment pour les femelles gravides. Il y a plus ou moins deux saisons qui
rythment la vie du Python royale. La première est la saison des pluies, plus chaude, qui
débute à environ la fin de notre hiver qui est pour ces pays le moment de fortes
précipitations. Ensuite arrive la deuxième saison, qui est la saison sèche, qui se situe à
partir de notre mois de septembre, l'humidité atmosphérique varie donc beaucoup. Vu la
proximité de l'équateur le cycle jour/nuit y est plutôt régulier.



Température :

La température de jour situe entre 30 et 32°C au point chaud et 27 à 29°C au point froid.
La nuit une température de 25 à 27 °C au point chaud et de 23 à 26°C au point froid.
.

Éclairage :

Cycle 12 heures de jour et 12 heures de nuit est en temps normal recommandé.


Hygrométrie :

Environ 50 % à 70 %, que ont obtiens à l'aide d'un grand bac d'eau, que il faut changer
régulièrement.
Cette espèce ne demande pas un fort taux d’hygrométrie.

Alimentation :

Ses proies naturelles sont assez variées et on peut le qualifier d’opportuniste. Il consomme
surtout des rongeurs (rats, gerboises, gerbilles africaines) mais aussi de jeunes oiseaux et
des lézards (Agama sp., Hemitheconyx ,dont les restes ont été retrouvés dans l’estomac
d'un Regius ).
Voila le sujet qui pose le plus de problèmes et cause le plus de tort à cette superbe
espèce. Bon nombre de personnes se sont cassé le nez face à ce problème, qui vient en
majeure partie des spécimens importés,  (les mâles sont en règle générale moins bon mangeur
que les femelles). Le record en la matière est de 22 mois, il ne faut donc pas s'inquiéter
trop vite. Un sujet né en captivité ne pose en règle général pas de problème particulier
hormis certains individus. Les cas de refus les plus fréquemment rencontrés le sont en
période hivernale qui peut s'étendre de deux à quatre mois en moyenne. Néanmoins il
arrive que certains individus nés en captivité posent certains problèmes. Il faut donc dans
ce cas avant toutes chose se remettre en question, revoir tout ses paramètre de
maintenance, et éviter un surcroît de manipulation qui pourrait stresser le serpent.

En
captivité, le Regius sera nourri de rongeurs de taille adaptée suivant l'âge du serpent. Un
nouveau né consommera des jeunes ratons pour finir par du jeune rat de 150/200
grammes.
Etant un serpent nocturne et plutôt timide il est préférable de le nourrir le soir. Si l'on
possède un individu qui refuse de s'alimenter plusieurs solutions sont possibles :

proposer
plusieurs espèces de proies différentes. , Il faut toutefois ne pas trop nourrir de ce rongeur
leur viande provoque une accoutumance. On pourra éventuellement pratiquer un trou dans
le crâne d'une souris (technique dite du « braining ») et/ou frotter la proie sur un pelage de
gerbille. Nous pouvons également influer sur la taille ou la couleur des proies. Mettre une
proie morte enfermée avec le serpent dans une boîte (munie de trous d’aération) plutôt
petite afin qu'il soit en contact avec le rongeur et ceci toute la nuit. Il y a également l'option
des proies vivantes à réaliser sous haute surveillance en cas de morsure les répercutions
pourraient être dramatiques, anorexie partielle ou totale du serpent, sans compter les
blessures ou pire la mort. Et puis il reste le gavage ou le semi gavage à n’envisager qu'en
dernier recours et ce uniquement si le serpent perd du poids de façon importante.


Attention lors du nourrissage !!! Prendre soin de bien se laver les mains, après avoir
touché un rongeur, afin que votre serpent ne prennent pas votre main pour une proie.


Technique dite "semi gavage"

A employer avant le gavage pur. Cette technique consiste à prendre une proie plus petite
que celle que pourrait ingérer le serpent, et de mettre juste la tête dans la bouche du
serpent. Avec un peu de chance le serpent terminera d'avaler sa proie tout seul.



Technique dite "gavage"

Cette technique est à employer en dernier recours et avec beaucoup de précautions. Ceci
consiste à prendre une proie plus petite que pourrait ingérer le serpent, et de l'introduire
dans la bouche du serpent jusqu'au pattes antérieures du rongeur. Le serpent devrait
continuer à déglutir la proie.

Petite astuce :


Battez un œuf dans un récipient, et y faire tremper le rongeur avant de l'administrer au
reptile. Ceci a pour effet de lubrifié la proie donc faciliter l'insertion, et par la même
occasion de donner des vitamines et protéines supplémentaires à notre petit protégé.

Attention !!! Les techniques de gavage précitées, son à utiliser en dernier recours. Elles
sont extrêmement stressante pour le serpent. A faire le moins souvent possible et dans le
seul but de faire prendre un peu de poids à l'animal.


Terrarium :

Pour les femelles,  des terrariums de 90 x 50 x 50. Pour les mâles 80 x 50 x 50.
Pour un couple un terrarium de 120 x 60 x 60 est généralement suffisant, contenant un
grand bac d’eau pour qu'il puisse se baigner, comme substrat  du lino (Balatum). , le terrarium est
chauffé à l'aide d'un câble chauffant. Je conseille fortement de mettre plusieurs cachettes
comme des écorces de liège retournées pour que le serpent soit au calme étant donné la
timidité de cette espèce. On peut installer plusieurs branches solidement fixées, on les
surprendra le soir à escalader. Ne pas oublier les aérations permettant un brassage de l’
air, mettre également une serrure sur les vitres coulissantes car il risque de les ouvrir
surtout quand il cherche à se débarrasser de sa mue.

A noter : Tout élément introduit dans le terrarium devrait faire l'objet d'une désinfection
rigoureuse, afin d'éviter d'y introduire toute sorte de parasite.


Tempérament et manipulation :

Cette espèce est assez timide, seuls les juvéniles et les sujets d'importation peuvent mordre
sinon les morsures se font très rares. Il stress facilement, et plutôt que de montrer de l’
agressivité, il se met en boule, la tête dissimulée dans ses anneaux, pour décourager les
prédateurs d'ou son nom Anglais ball python (python boule). Il sort la nuit pour se nourrir
et se montre plus actif dès le coucher du soleil . Il passe beaucoup de temps caché. Il
grimpe assez bien et on peut le qualifier de semi -arboricole, mais son domaine de
prédilection reste le sol. Un sujet que l'on a acquis et manipulé assez tôt, se laissera
manipuler sans trop de problèmes, mais ne le recherchera pas.

Je vous recommande fortement de vous laver les mains, avant et après avoir manipulé un
serpent, cela évite de transmettre parasites ou autre problème non visible à l'oeil nu. Et
également de vous désinfecter les plaies en cas de morsure.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site